Ça pique, Récit

Un petit bulletin d’automne.

Les brumes matinales et automnales s’installent. Le mois d’octobre pointe le bout de son nez (crochu, c’est de saison). Les paysages s’imprègnent d’ocres, d’ors, de rouges, flamboient. Les trottoirs deviennent de vastes pistes colorées où l’on se plaît à flâner. Les premières notes tombent au gré des semaines, telles des feuilles orangées balayées par le vent. Sur le coin du bureau, les premières émotions scolaires de tout jeunes collégiens.
Premières joies, premières désillusions, premiers émois, premiers frissons. Lire la suite

Publicités
Par défaut
Anecdote, Ça pique, Non classé

[Moment de solitude : il n’est jamais trop tôt.]

Venez là que je vous raconte.
Aujourd’hui, rentrée de certaines classes du collège. 
Emploi du temps, fournitures, manuels, rappel du règlement, des attendus de l’année, distribution de circulaires à foison (« Toi, c’est une, deux ou douze, pour les fiches de renseignements ? ») : le rêve de tout élève, après de trop longues semaines de vacances, ENFIN exaucé.
Ils se massent (pas les épaules) dans la cour, cherchent leur nom dans les listes et se placent, dans une euphorie non dissimulée (merci les bancs de la cour de les avoir soutenus), plus ou moins face à la liste de la classe dans laquelle ils seront séquestrés toute l’année.

Chaque professeur principal se dirige vers son cru 2017-2018 de disciples.

Discours du chef d’établissement, du responsable de niveau.
Blablabla faudra travailler, blablabla bienvenue, blablabla faut être heureux au collège, blablabla et bien se comporter. SOIT.

V’là t’y pas que chaque essaim est envoyé, à la suite du chef de meute, vers sa salle.
Quand l’annonce de ma sanction arrive, j’engage le pas.
Mais pas eux.
Ils ne m’avaient pas vue, n’avaient pas capté que j’étais là, que j’étais leur prof – voire que j’étais prof, tout court. 
« Ben alors ? Vous venez ? »

Vis ma vie de prof à la hauteur de ses élèves, mètre à l’épreuve.

Par défaut
Anecdote, Ça pique, Humeur, Récit

Vous êtes convoqué(e).

Mes incantations n’ont pas porté leurs fruits, les rites satanistes n’y ont rien fait… Cette année, il me faudra corriger le brevet.
L’équipe entière – ou presque – (C’est curieux, ce mot, « équipe ». Je n’ai jamais vu un ballon en réunion, mais soit.) des en-saignants de lettres n’y aura pas coupé. Fait assez rare pour être souligné. D’ordinaire, trois, quatre, allez grand maximum 5 membres de l’équipage sont appelés à apposer des notes sur des copies encore couvertes des larmes des élèves de 3ème. Mais là, non. Tous punis.
Oui, punis.

Lire la suite

Par défaut
Craquage, Humeur

A l’inventeur des sorties scolaires.

Ô toi, qui as eu cette grande idée, merci,
Pour ces belles journées, libérées des élèves
Les plus récalcitrants sont partis, répartis
Dans des bus, des voyages qui nous les enlèvent.

Des journées allégées et des nuits allongées :
Nous rendant plus enjoués et presque ravis,
Tu as su percer le mystère de fin d’année,
Soulagé notre emploi du temps, au temps joli.

Parmi tous les grands noms de l’Education,
Tu as gagné toute notre admiration ;
Ton patronyme pourtant resté anonyme,

Face à des bancs vides, un calme retrouvé,
Notre reconnaissance pour toi unanime
N’aura de cesse de nous faire t’admirer.

Archives personnelles.

Par défaut
Anecdote

Soir de printemps

Imaginez.

Nous sommes un dimanche de mai. Le soleil, qui s’est montré timide ces dernières semaines, daigne nous faire profiter de sa présence. L’après-midi prend un avant-goût de vacances. C’est alors que l’idée sotte et grenue fait son apparition ; celle d’aller profiter des derniers rayons pour parachever un dimanche paisible.
Chemin faisant, la détente s’accroît. Qu’il est plaisant, ce soir de printemps.
Puis… Lire la suite

Par défaut
Humeur

[REQUÊTE]

En décidant de devenir prof, je n’étais pas dupe. Il m’était évident que j’aurais à répéter, souvent, plusieurs fois, les mêmes choses.
D’accord. Ça fait partie du job. Soit.

Mais…
J’aimerais pouvoir arrêter de dire : « Arrête de faire le signe de JUL ! ».
Ce qui surprend encore ces jeunes bambins me pensant beauuuuuuucoup trop vieille pour connaître…ça.
Et ouais, les gars : moi aussi, JPP !
#JeanPierrePernaut

Par défaut
Humeur

Tout est question de timing.

Une fois n’est pas coutume : j’ai rendu des élèves heureux aujourd’hui.
L’exploit est suffisamment rare pour être signalé.
Pas peu fière de mon effet, il est probable que je réitère, avec parcimonie, à l’avenir. Même si je ne sais pas si elle se rendra disponible.
Qu’il est doux d’entendre des enfants s’émerveiller plutôt que râler, de les voir sourire plutôt que faire une moue digne d’une mauvaise actrice d’une quelconque saga télévisée.
Vraiment, je le referai. Lire la suite

Par défaut